Accueil > Territoires solidaires : l’actualité des adhérents > Corus’ESS : (re)connaître l’utilité sociale et environnementale

Corus’ESS : (re)connaître l’utilité sociale et environnementale

par Céline Parat - le 17 janvier 2015
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article

Le 16 décembre 2014, un séminaire de restitution du projet Corus’ESS (COnnaissance et Reconnaissance de l’Utilité Sociale en ESS) était organisé à Lille. Né suite à l’appel à projet "Chercheurs Citoyens" [1] de la région Nord-Pas de Calais, soutenu par Lille Métropole, Corus-ESS a exploré la question de l’utilité sociale et de son évaluation, et testé, via trois filières (circuits courts alimentaires, circuits courts financiers solidaires, habitat), les enjeux du recours à différentes méthodes d’évaluation. Une exploration reprise dans l’"Alter-guide" qui a été présenté à cette occasion.

Le projet Corus’ESS est porté par l’APES (Acteurs pour une Economie Solidaire Nord Pas de Calais), le laboratoire Clersé de l’Université de Lille 1 (Florence Jany-Catrice) et le laboratoire IDP de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (Laurent Gardin).

Le séminaire, ouvert par Sandrine Rousseau, vice-présidente de la région Nord Pas de Calais en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, et par Marc Godefroy, conseiller délégué à l’ESS de Lille Métropole, a réuni plus d’une centaine de participants. Preuve de l’intérêt du sujet pour les acteurs de l’ESS et leurs partenaires.

Gérard Dechy, président de l’APES, a rappelé les enjeux de la (re)connaissance de l’utilité sociale en ESS, liés notamment à l’importance de passer « de l’expérimental à la série » au sein de l’ESS, et aux 2 écueils que l’ESS doit éviter : rester entre soi et le social washing, « faire alliance, sans confusion des genres ». Capitaliser, améliorer les pratiques et renforcer la lisibilité de l’ESS, tels sont les principaux objectifs de l’APES, qui a initié depuis de nombreuses années une démarche-progrès en économie solidaire.

Florence Jany Catrice a souligné la nécessité de redéfinir la richesse et de s’intéresser autant au processus qu’aux résultats. Dans le cadre de l’ESS, une spécificité doit être prise en compte : celle de la multidimensionnalité, et parfois de l’équivocité, des finalités.

Les débats ont pointé le fait que l’utilité sociale ne se décrète pas, elle se négocie, se co-construit, est un champ d’expérimentation. Les débats et le guide ont également mis en évidence, comme l’a relevé Hélène Duclos, que les méthodes ne sont pas neutres, et que certaines méthodes sont plus adaptées à certains enjeux qu’à d’autres. Les risques que la monétarisation prépare la marchandisation ont été évoqués. L’importance du processus et, au sein de celui-ci, l’importance de la délibération, ont été unanimement soulignées.
Face à la « quantofrénie », au mythe du chiffre objectif et au développement de méthodes d’évaluation standardisées, l’alterguide est un outil d’alerte et de débat important. À l’heure où la loi sur l’ESS fait de l’utilité sociale une des caractéristiques des sociétés commerciales s’inscrivant dans le champ de l’ESS, et où la délivrance de l’agrément entreprises solidaires d’utilité sociale pourrait faire l’objet d’expérimentations territoriales comme l’a proposé le RTES, espérons que ce guide apporte du grain à moudre aux acteurs et aux collectivités.


L’Alter’guide

L’Alter’guide, fruit de 3 ans de travail collectif mêlant universitaires et acteurs de l’ESS, présente les enjeux du recours à différentes méthodes d’évaluation (monétarisation, sondage, démarche concertée), testées dans 3 filières. Il expose de manière synthétique des clés de compréhension et des balises autour des enjeux de méthode. Sont notamment présentées les 3 méthodes expérimentées par des acteurs relevant de 3 champs d’activité (circuits courts et alimentation ; habitat ; finances solidaires), en soulignant forces et faiblesses de chacune des démarches. Les Cigales ont par exemple expérimenté la méthode par la monétarisation. Habitat Ecologique Partagé a testé une méthode par sondage, sur la base d’un questionnaire coconstruit avec des groupes d’habitants en formation, et les circuits courts alimentaires une démarche de concertation, associant producteurs, consommateurs, collectivités territoriales, associations et syndicats agricoles.

Téléchargez l’ Alter’guide


Notes

[1] Cet appel à projet vise à favoriser la recherche-action entre chercheurs et société civile

Documents joints

  • Alter’Guide (PDF - 5.7 Mo)

Mots clés lié à cet article :

s'abonner à la lettre électronique






Et si vous souhaitez recevoir la lettre papier du RTES, merci de compléter ci-dessous votre adresse postale.



RTES
Adresse postale:
La Grappe - 75, rue Léon Gambetta 59000 LILLE
Adresse du siège social:
Hôtel de Ville - BP 667 - 59 033 Lille cedex
Tél : 03 20 97 17 97 - 06 61 17 94 90
Contact
www.rtes.fr - animation@rtes.fr
Crédits

Flux RSS NetVibes
2009 - conception : La Péniche - réalisation : insite