Élections présidentielles

Coursive Boutaric, la suite !

par Scop La Peniche pour le RTES - le 7 octobre 2016
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article

Implantée à Dijon en zone politique de la ville, dans le quartier des Grésilles, La Coursive Boutaric poursuit son développement : depuis 2013 le collectif a doublé ses effectifs et compte aujourd’hui une vingtaine de structures membres. Acteur incontournable de la vie culturelle, sociale et économique du quartier, La Coursive va prendre une nouvelle ampleur en déménageant l’essentiel de ses activités dans le cœur du quartier des Grésilles où de nombreuses surfaces commerciales sont encore vacantes. Entretien avec Frédéric Ménard, directeur de Zutique Productions et président de la Coursive Boutaric.

“Ce n’est pas sans un petit pincement au cœur que nous allons quitter la barre Boutaric. D’autant plus que les locataires de la barre s’inquiètent de notre départ. Nous avions réussi notre pari de recréer, avec eux, une vie sociale et culturelle dynamique et de nouveaux habitants sont venus s’installer. Néanmoins nous allons conserver un atelier dans la barre pour maintenir le lien avec les habitants et continuer à y développer des projets pour le quartier.”

Pourquoi déménager dans de nouveaux locaux ?
Nous commencions à être à l’étroit dans nos locaux de la barre Boutaric. Nous souhaitions notamment agrandir notre espace de coworking pour continuer à attirer de nouvelles activités économiques sur le quartier. Nous sommes dans le prolongement de notre démarche initiale : nous associons une notion de développement territorial à notre ambition première de développement du secteur culturel. Aujourd’hui notre espace de coworking compte 10 postes de travail et 8 d’entre eux sont occupés en permanence. Dans nos nouveaux locaux, nous allons doubler notre capacité d’accueil et nous espérons pouvoir accueillir certains des travailleurs indépendants du quartier. Enfin nos nouveaux locaux seront plus facilement accessibles du centre ville, plus proches du tramway.

Quel est le modèle économique de cette ré-implantation ?
L’espace commercial que nous allons investir est en cours de réhabilitation. Dijon Habitat, qui assure la maîtrise d’ouvrage du projet, a obtenu des financements publics pour le financement de l’aménagement intérieur. Le coût de fonctionnement de ce nouvel espace va augmenter : actuellement nous ne payons que des charges, dans les nouveaux locaux nous devrons payer à Dijon Habitat un loyer « négocié » de 50 € HT / m2 / an. Cela ne remettra pas en cause le modèle économique du lieu - aujourd’hui à l’équilibre – car nous allons pouvoir accueillir de nouveaux entrepreneurs.

Quel image avez-vous de l’entrepreneuriat sur le quartier ?
Il y a quelques années on parlait d’une cinquantaine d’entrepreneurs habitant le quartier. Cela fait clairement partie de nos objectifs de dynamiser la vie économique du quartier et de créer davantage de coopération mais on ne peut pas le faire à la place des acteurs dont c’est le cœur de métier.
Dans notre démarche nous nous inspirons de l’expérience d’un chef d’entreprise, membre du CA et du bureau de La Coursive Boutaric, qui a choisi d’implanter le siège social de son cabinet d’expertise comptable dans une zone d’activité (ZAE) – proche des Grésilles. L’arrivée de cette entreprise d’une centaine de salariés a redonné un coup de fouet à cette ZAE alors en perte de vitesse.

L’étiquette « quartier politique de la ville » a-t-elle des effets sur votre activité ?
Le lieu de notre implantation est plutôt un handicap. Par exemple certains de nos membres qui reçoivent des clients « classiques » ont préféré se réimplanter en centre ville à cause de la mauvaise réputation du quartier. De plus, il n’y a pas vraiment d’avantages économiques : Les Grésilles n’est pas reconnu « zone franche urbaine », il n’y a finalement que peu de financements publics dont peuvent bénéficier nos membres. Nous avons seulement un accès plus facile au foncier avec des loyers moins élevés qu’en centre ville. Mais notre motivation, la relation aux habitants nous permettent de dépasser facilement ces désagréments !

A consulter, :
- notre premier entretien avec Frédéric Ménard au sujet de La Coursive Boutaric
- Deux fiches synthétiques présentant La Coursive, l’une dans le cadre de l’étude actualisée sur les rôles des collectivités dans les dynamiques de PTCE, l’autre dans le cadre du dernier guide Repères "Politique de la ville & ESS"
- le site de La Coursive Boutaric

Portfolio

Documents joints

  • Présentation de la Coursive Boutaric pour la publication du RTES sur la Politique de la ville & l’ESS (PDF - 657.7 ko)
  • Présentation de la Coursive Boutaric pour les PTCE (PDF - 834.6 ko)

Mots clés lié à cet article :

s'abonner à la lettre électronique






Et si vous souhaitez recevoir la lettre papier du RTES, merci de compléter ci-dessous votre adresse postale.



RTES
Adresse postale:
La Grappe - 75, rue Léon Gambetta 59000 LILLE
Adresse du siège social:
Hôtel de Ville - BP 667 - 59 033 Lille cedex
Tél : 03 20 97 17 97 - 06 61 17 94 90
Contact
www.rtes.fr - animation@rtes.fr
Crédits

Flux RSS NetVibes
2009 - conception : La Péniche - réalisation : insite