Accueil > En Bref : l’actualité de l’ESS > ESS & politique de la ville dans le plan de lutte contre la pauvreté

ESS & politique de la ville dans le plan de lutte contre la pauvreté

par Martin Besnier - le 17 septembre 2018
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article

Le président de la République a présenté le 13 septembre la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, qui sera dotée de 8 milliards d’euros répartis sur quatre ans. Parmi les 21 mesures présentées, certaines concernent directement l’ESS et la politique de la ville.

Le plan du gouvernement décline plusieurs priorités : l’action pour la petite enfance, l’accompagnement des jeunes et bénéficiaires du RSA vers l’emploi, la simplification de notre système social, et la résorption des bidonvilles.

Concernant les acteurs de l’ESS et de la politique de la ville, il est à noter :

• Un plan pluriannuel de développement de l’insertion par l’activité économique (IAE) qui vise à créer 100 000 postes supplémentaires d’ici 2022, pour passer de 140 000 à 240 000 personnes salariées et accompagnées.

• Une extension à de nouveaux territoires de l’expérimentation nationale Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée (TZCLD).

• Un bonus "mixité sociale" avec des aides accordées aux crèches qui accueillent des enfants défavorisés. Dans les quartiers prioritaires, l’Etat subventionnera jusqu’à 90 % l’ouverture de crèches. Et pour favoriser le travail des parents, en particulier des mères célibataires, 300 crèches à "vocation d’insertion professionnelle" seront créées d’ici à 2020 et 300 nouveaux centres sociaux devraient voir le jour.

L’accompagnement renforcé des jeunes relevant de l’Aide sociale à l’enfance (accompagner ces jeunes jusqu’à leurs 21 ans, en leur trouvant des solutions d’emploi, de logement ou de formation). Soulignant le "remarquable engagement des départements", Emmanuel Macron a évoqué une "contractualisation financière" avec ces derniers pour les accompagner dans cette mission nouvelle avec, à cette fin, la mobilisation de "50 millions d’euros".

• "Obligation de formation jusqu’à 18 ans" avec un repérage plus accru des " décrocheurs scolaires" mais aussi un accompagnement renforcé de ces derniers qui sera mené en aval par les missions locales. Ces dernières, financées entre autres par les collectivités locales, devraient donc voir leur budget abondé par l’État.

Le projet de loi "Pauvreté" sera présenté courant 2019, pour être adopté en 2020. Au préalable, certaines mesures présentées seront testées dans une dizaine de territoires.

Plus d’informations sur la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Retrouvez quelques réactions :

- le communiqué de presse de la Fédération des Entreprises d’Insertion, et celui de CHANTIER Ecole
- le communiqué de presse de Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée
- la réaction de Régions de France, regrettant le manque de concertation
- et d’autres réactions d’acteurs de l’intérêt général sur le site de Carenews.

Documents joints

  • ComPress FEI (PDF - 212.3 ko)
  • ComPress_ChantierEcole (PDF - 258.8 ko)

Mots clés lié à cet article :

s'abonner à la lettre électronique






Et si vous souhaitez recevoir la lettre papier du RTES, merci de compléter ci-dessous votre adresse postale.



RTES
Adresse postale:
La Grappe - 75, rue Léon Gambetta 59000 LILLE
Adresse du siège social:
Hôtel de Ville - BP 667 - 59 033 Lille cedex
Tél : 03 20 97 17 97 - 06 61 17 94 90
Contact
www.rtes.fr - animation@rtes.fr
Crédits

Flux RSS NetVibes
2009 - conception : La Péniche - réalisation : insite