La ligne fixe du RTES est en dérangement.

Pour nous contacter :
06 61 17 94 90 (Anne-Laure Federici)

Accueil > Territoires solidaires : l’actualité des adhérents > Hôtel du Nord, une coopérative pour se connaître et faire connaître

Hôtel du Nord, une coopérative pour se connaître et faire connaître

par Scop La Peniche pour le RTES - le 28 juin 2012
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article

Société coopérative de consommation, Hôtel du Nord souhaite faire découvrir l’hospitalité des habitants des quartiers nord de Marseille et valoriser un patrimoine atypique. Une démarche de développement local centrée sur la rencontre. Questions à Prosper Wanner, gérant d’Hôtel du Nord.

Quelle est l’histoire d’Hôtel du Nord ?
La création de notre coopérative en 2011 est l’aboutissement d’un processus démarré il y a plus de 15 ans, dans le cadre des conventions culturelles d’un Grand Projet de Ville. En 1997, une conservatrice du patrimoine se met au service des habitants pour valoriser ce patrimoine social, urbain et industriel méconnu. Elle associe à ce travail les communautés patrimoniales réunissant les habitants, les associations et les entreprises des quartiers nord. Une investigation fouillée qui permet de proposer lors des journées européennes du patrimoine de 2003 les premières balades, et d’accueillir l’année passée quelque 5000 personnes lors de ces mêmes journées ! En 2005, en adoptant la Convention de Faro, le Conseil de l’Europe conforte cette démarche originale. En effet, cette convention place la personne au centre du concept de patrimoine culturel, et reconnaît à ce dernier un rôle essentiel dans une valorisation économique durable des territoires. La Mairie de secteur adhère aux principes de la Convention en 2009 et poursuit ce processus de démocratie participative en fondant une commission patrimoine. Prenant appui sur les bénévoles des communautés patrimoniales - et sur le choix de Marseille comme capitale européenne de la culture en 2013 - Hôtel du Nord est alors lancé en phase de test. Le premier séjour est proposé en 2010 avec un accueil en chambres d’hôtes. En 2011, la coopérative naît officiellement.


Pourquoi avoir fait le choix d’une coopérative ?
Le choix coopératif s’imposait à nous pour de multiples raisons. D’abord nous voulions faire de ce projet un outil de développement économique local autonome, pensé par et pour les habitants du territoire. Ensuite le patrimoine culturel, tel que défini dans la Convention du Faro, insiste sur les notions de démocratie et de patrimoine commun, portées également par le modèle coopératif. Enfin, c’était une manière de s’inscrire sur ces territoires dans la longue histoire de l’économie sociale. Aujourd’hui, nous comptons une trentaine de sociétaires avec majorité des voix réservée statutairement aux habitants. Nous avons mis en place un conseil de surveillance élu et toutes les décisions importantes sont prises collectivement avec les sociétaires.


Quel est votre modèle économique ?
Nous sommes sur un modèle hybride qui se construit en avançant ! Nous générons notre chiffre d’affaires par un pourcentage sur la vente des nuitées en chambres d’hôtes, par la billetterie des balades patrimoniales, ou encore par la vente de produits locaux ou d’ouvrages sur l’histoire et le patrimoine du territoire. Notre objectif pour 2013 est de pouvoir proposer 50 chambres d’hôtes, 50 itinéraires patrimoniaux et 50 produits locaux. Nous proposons également des prestations d’accompagnement à d’autres territoires qui souhaiteraient s’inspirer de notre expérience. Nous travaillons par exemple avec Vitrolles, Venise et Oran.


Quels partenariats avez-vous développés avec les collectivités locales ?
Au-delà des subventions obtenues auprès des collectivités locales, des fondations et de Marseille-Provence 2013 pour lancer notre projet, nous travaillons étroitement avec la mairie du secteur 8 dans le cadre de la Commission patrimoine qui associe tous les acteurs du territoire. Cette commission inscrit son action dans la mise en œuvre de la Convention de Faro et décide collectivement des actions à mener pour assurer la promotion du patrimoine local. Samia Ghali, sénatrice et maire des 15ème et 16ème arrondissements de Marseille, s’est également engagée avec Hôtel du Nord pour défendre le Manifeste pour le droit à l’hospitalité en habitat social. Ce texte propose de faire évoluer le cadre législatif, permettant ainsi à ceux qui résident en habitat social d’exercer occasionnellement l’activité de chambre d’hôtes avec l’accord du bailleur. Parce qu’être acteur de l’ESS, c’est aussi participer à la transformation sociale…


Pour en savoir plus sur Hôtel du Nord


Ces photographies ont été réalisées par Civic City, école de design internationale, qui accompagne Hôtel du Nord. Ces photographies sont partagées avec la licence Creative Commons (BY NC ND) : Le titulaire des droits autorise l’utilisation de l’œuvre originale à des fins non commerciales, mais n’autorise pas la création d’œuvres dérivés.

Portfolio

Mots clés lié à cet article :

RTES
Hôtel de Ville
BP 667
59 033 Lille cedex
Tél : 03 20 97 17 97 - 06 61 17 94 90
Contact
www.rtes.fr - animation@rtes.fr
Crédits

Flux RSS NetVibes
2009 - conception : La Péniche - réalisation : insite