Présentation croisée du Forum national de l'ESS et de l'IS à Niort par Pascal Duforestel et Eric Persais

Le Forum national de l’ESS & de l’innovation sociale aura lieu à Niort les 19 & 20 octobre prochain. Pascal Duforestel, conseiller régional délégué à l’ESS à la Région Nouvelle Aquitaine, et Eric Persais, vice-président de la Communauté d’Agglomération du Niortais en charge de l’ESS, nous présentent cette édition 2017 et l’intérêt d’y participer pour les élus et techniciens de collectivités locales.

Ce Forum est co-organisé par la Région Nouvelle Aquitaine, la Communauté d’Agglomération du Niortais et le CNCRESS. Pouvez-vous nous présenter les objectifs du Forum et le rôle de vos collectivités organisatrices ?

Pascal Duforestel : Historiquement, la Région a initié cette manifestation. Elle entend en faire un levier pour l’ESS en Nouvelle Aquitaine, qui est déjà la 3ème région française en volume d’emploi dans l’ESS. Le Forum est un moyen pour les acteurs régionaux de s’imprégner d’initiatives présentes ailleurs et de les adapter à notre contexte régional. Il est co-organisé aux côtés de l’agglomération niortaise qui est un terreau historique de l’ESS.

Eric Persais : En effet, avec la présence historique des mutuelles, Niort est une capitale de l’ESS. Le secteur représente 21 % de l’emploi salarié sur l’agglomération et Niort est la 4ème place financière française grâce aux mutuelles d’assurance, pour une ville de 60 000 habitants et une agglomération 125 000 habitants.

Le Forum constitue un investissement important pour notre agglomération. L’an dernier, nous avons accueilli 3500 visiteurs, l’objectif est d’en accueillir encore plus cette année, mais surtout de multiplier l’impact du Forum. Nous avons ainsi voulu renforcer le caractère professionnel de ce salon devenu « Forum » en en faisant un évènement plus ouvert et dynamique grâce à 4 espaces de démonstration où les entreprises pourront présenter leurs innovations. La volonté de notre communauté d’agglomération est aussi d’ouvrir l’ESS à l’économie classique, de combattre l’entre soi à travers le fédérateur que représente l’innovation sociale.

P.D. : L’objectif est aussi d’ancrer ce rendez-vous au niveau national, d’en faire un temps fort politique et médiatique et ainsi de contribuer à l’essor de l’ESS en France. Rappelons que c’est un secteur très dynamique, où l’emploi a mieux progressé entre 2011 et 2016 que dans l’ensemble du secteur privé.

Le Forum est la seule manifestation hybride d’envergure nationale pour l’ESS. Historiquement, nous avions commencé par une manifestation d’envergure régionale à Poitiers puis trois éditions ont eu lieu à Niort depuis 2014. Le Forum répond à un vrai besoin des acteurs en dépassant l’échange de réflexions comme peuvent le proposer les Rencontres du Mont Blanc, en le mêlant à des espaces de démonstration et rendez-vous d’affaires.

Nous avons également deux ouvertures internationales, avec l’accueil d’une délégation québecoise par le biais d’Aquitaine Culture, et d’une délégation sud-coréenne suite à des rencontres qui ont eu lieu avec les élus en charge de l’ESS en Corée du Sud (voir notre article sur la présence de Pascal Duforestel pour le RTES à Séoul lors de l’Académie internationale de l’ESS et l’Asia Policy Dialogue), l’objectif étant de préparer le prochain Global Social Economy Forum qui aura lieu en 2018 à Bilbao, donc dans une région voisine de la Nouvelle Aquitaine.

Enfin, Philippe Bertrand fera un zoom sur le Forum pour mieux le faire connaître auprès du grand public dans son émission « Carnets de campagne » sur France Inter.

D’après vous, quels sont les intérêts d’une collectivité à participer à ce Forum ?

E.P : Tout d’abord, tous les niveaux de collectivités sont concernés de part l’ancrage territorial de l’ESS et son apport à un développement équilibré des territoires. Les Régions et les EPCI, bien sûr, compétentes pour favoriser le développement économique et donc l’ESS, mais aussi les Départements et les communes, l’ESS étant très présente dans des secteurs tels que la santé, le sport, l’action sociale et culturelle. De nombreux ateliers et conférences concerneront des thématiques qui recouvrent les compétences des différents niveaux de collectivités, avec notamment le colloque « ESS & Territoires » co-organisé par le RTES et le CNCRESS.

P. D : Le Forum a un rôle de catalyseur d’initiatives, il vise à permettre aux élus et techniciens de trouver des sources d’inspirations et d’échanger leurs expériences pratiques et leurs réflexions autour d’enjeux d’avenir tels que les communs numériques par exemple (à ce titre, voir notre lettre papier consacrée à ESS & numérique).

Cela devient aussi un point de rendez-vous pour les différentes têtes de réseau de l’ESS telles que le CNCRESS, le RTES ou La Fonda. C’est important de décloisonner au maximum, en faisant se croiser les membres des différents réseaux entre eux.

Quelle est l’actualité des actions en faveur de l’ESS de vos deux collectivités ?

P.D : Nous allons voter en octobre le soutien à une 100ème initiative dans le cadre de notre AMI Innovation sociale. Et nous venons de clôturer 7 expériences de Coopératives Jeunesse Services sur la Nouvelle Aquitaine, qui sont directement inspirées d’expériences québecoises, d’où l’importance là encore de croiser les regards, comme le permet le Forum.

Plus largement, nous venons de sortir d’un cycle assez dense de structuration, avec la coconstruction de la conférence régionale de l’ESS et du volet ESS du SRDEII, ou encore l’élaboration du Règlement d’Intervention voté en février 2017. C’était également une période de fusion, pour les services mais aussi pour les acteurs tels que les CRESS et des structures d’insertion.

A présent, il nous faut diffuser l’information sur nos différents dispositifs auprès de l’ensemble des acteurs régionaux, en travaillant avec les têtes de réseaux. Nous commençons également à préparer la prochaine Conférence régionale de l’ESS. Nous gardons enfin notre capacité d’innovation, en étendant par exemple l’expérimentation qui permet de suppléer des problèmes de personnels en faisant appel à des travailleurs en insertion : initialement expérimenté dans un lycée du Lot-et-Garonne, cela sera étendu à un lycée par département sur les 12 départements que compte la Nouvelle Aquitaine.

E.P : Il faut d’abord rappeler que le contexte n’est pas favorable, avec la baisse des dotations aux collectivités locales, et l’ESS n’est pas forcément prioritaire, étant souvent simplement considérée comme une « économie de réparation »...En tant que collectivité, cela nous oblige à être inventifs, et du coup à agir moins dans une logique de subventions mais davantage en tant qu’incitateur, animateur ou facilitateur.

Sur l’agglomération niortaise, nous soutenons les projets d’ESS qui ont des apports économiques, sociaux ou environnementaux, nous sommes à l’origine d’un club des financeurs de l’ESS, nous soutenons la formation à l’ESS via une fondation universitaire. Pour favoriser le lien entre ESS et économie classique, nous soutenons un PTCE qui va devenir également un des relais territoriaux de la CRESS de la grande région Nouvelle Aquitaine ; nous animons le développement de filières sur le territoire où les acteurs de l’ESS sont très présents, tels que la silver économie et les services à la personne ; et bien sûr nous investissons dans ce Forum national.


Retrouvez le programme complet du Forum national de l’ESS & de l’innovation sociale sur www.forum-ess.fr.

Dans le cadre de ce Forum, le RTES co-organise avec le CNCRESS un colloque " ESS & Territoires" le 19 octobre, voir notre article dédié.


© 2017 Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire - conception : insite