La ligne fixe du RTES est en dérangement.

Pour nous contacter :
06 88 74 68 07 (Pierre-Alain Simon)

Accueil > Territoires solidaires : l’actualité des adhérents > Replic : copier c’est développer

Replic : copier c’est développer

par Scop La Peniche pour le RTES - le 10 mai 2013
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article

Depuis 2005, la Scic Replic, implantée à Montpellier, s’appuie sur des expériences innovantes de l’ESS pour créer des entreprises pérennes et de l’emploi. Forte de ses 9 coopératives représentant une centaine d’employés dont un tiers en insertion, Replic a déjà essaimé dans le Nord-Pas de Calais. Et le lancement opérationnel d’une Replic en Bourgogne est prévu pour septembre... Entretien avec Emmanuel Kasperski, le directeur général.

Quel est le concept de Replic ?

C’est très simple. Replic est un générateur d’entreprises à utilité sociale et environnementale. Je préfère d’ailleurs parler d’utilité sociétale, car au-delà de leur objet, elles répondent à de vrais besoins territoriaux avec des activités qui se veulent avant tout pérennes et qui placent l’humain au cœur du projet. Toutes les coopératives que nous créons sont des Scic et sont agréées entreprises d’insertion.

Comment est née la Scic Replic ?

Il y a une dizaine d’années, je dirigeais l’AIRDIE (France active en Languedoc Roussillon) dont l’un des départements était spécialisé dans le financement de structures collectives. Certes, on y développait de l’emploi mais malgré les financements, plus de 9 porteurs de projets sur 10 se rétractaient en cours d’instruction de leur demande. Pourquoi ? Parce que la prise de risque leur semblait trop élevée, qu’ils se sentaient écrasés par l’administratif ou dépassés par les compétences nouvelles qu’ils devaient maîtriser. Monter son affaire signifie devenir aussi bien être gestionnaire que rédacteur ou administrateur… Une entreprise d’autant plus difficile quand on la porte seul. Replic est née de ce constat en 2005. L’idée était de mettre en place un dispositif plus sécurisé.

Concrètement, comment cela fonctionne-t-il ? Quelle est votre méthodologie ?

Nous intervenons à la demande des collectivités, d’organisations professionnelles, d’acteurs qui ont l’idée, le besoin mais n’ont pas les porteurs de projet ou les moyens. Nous vérifions l’opportunité de la création puis en étudions la faisabilité. Pour cela, nous allons chercher des modèles d’entreprises innovantes et qui pourraient être transposables au territoire concerné. Prenons Formed, organisme de formation régional du Languedoc-Roussillon qui a manifesté son besoin en matière de nettoyage industriel écologique. Cleaning Bio situé à Loos, Nord-Pas de Calais, offrait un modèle tout trouvé, que nous avons, avec son appui, répliqué. Ainsi, depuis octobre dernier, un second Cleaning bio existe à Montpellier, employant déjà 18 salariés, et la structure originale y a trouvé une opportunité d’essaimage qu’elle compte poursuivre. Une fois le modèle établi, nous définissons, avec la collaboration des acteurs locaux, le mode d’organisation de la future entreprise, son modèle économique, les profils de poste, etc., avant de la créer, et par la suite de l’accompagner. [1]

Vous parlez de « dispositif sécurisé »... Pouvez-vous nous en dire plus ?

Tout d’abord, le statut de Scic de Replic et le portage collectif, avec une solidarité active entre les coopératives, sont rassurants pour les partenaires. C’est un gage de la durabilité de l’entreprise. Quand nous mettons sur pied une nouvelle Table de Cana, le risque est de fait élevé en raison de l’importance de l’investissement, mais il est supportable par un collectif ! Ensuite, Replic prend en charge la gouvernance de la coopérative créée pour s’assurer que le projet de départ est bien respecté. Notre responsabilité est de garantir le modèle initialement défini vis-à-vis des tiers. Enfin, des collectivités telles que la Région sont membres du comité de surveillance et lorsque nous créons une entreprise, nous partons, dès que cela est possible, de modèles pérennes. Cela dit, faute de modèle immédiatement duplicable, Replic peut innover. Par exemple, dans le cadre de son nouvel éco-quartier, le département de l’Hérault a fait appel à nous pour mettre sur pied une coopérative de restauration rapide, éthique, avec des produits locaux 100 % bio. Replic a créé Mon Cuisiner à Montpellier dont le seuil de rentabilité était atteint en 3 mois.

Quel développement national pour Replic ?

Replic a déjà été répliquée et existe depuis avril 2012 dans le Nord-Pas de Calais. Après avoir lancé une première filiale à Lille positionnée sur l’activité de traiteur d’insertion, elle prépare aujourd’hui le lancement de sa deuxième coopérative. D’autres régions se sont montrées particulièrement intéressées, comme la Bourgogne qui lancera une Replic en septembre prochain... Aussi, nous avons constitué une équipe d’accompagnement des nouveaux territoires désireux de se doter du dispositif Replic, grâce au soutien du Ministère de l’Économie Sociale et Solidaire et de la Fondation Macif. Une association nationale, le « Collectif National Replic » est sur le point d’être formée pour appuyer les futures Replic comme les Replic en place : recrutement du chef de projet, formation du comité de pilotage local, identification des premiers projets, etc. Une méthodologie présentant les intangibles, conseils, bonnes pratiques ou pièges a déjà été rédigée…

En savoir plus.

Notes

[1] Replic fonctionne comme un bureau d’études : étude de faisabilité (prise en charge pour moitié par la Région), étude-action, recherche du chef d’entreprise et souscription 50 % du capital, puis accompagnement au développement, prise en charge de la comptabilité, de la paie, du suivi des subventions et de l’insertion. En amont, elle s’adresse aux structures-mères ayant développé des projets exemplaires, « ce qui les valorise et favorise leur développement national ». Source de la note

Mots clés lié à cet article :

RTES
Hôtel de Ville
BP 667
59 033 Lille cedex
Tél : 03 20 97 17 97 - 06 61 17 94 90
Contact
www.rtes.fr - animation@rtes.fr
Crédits

Flux RSS NetVibes
2009 - conception : La Péniche - réalisation : insite