Élections présidentielles
Accueil > En Bref : l’actualité de l’ESS > Un appel de citoyens engagés aux maires : les "Zèbres"

Un appel de citoyens engagés aux maires : les "Zèbres"

par Céline Parat - le 16 juin 2014
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article

Le 28 mai s’est tenue au Conseil économique, social et environnemental, en présence de Jean Paul Delevoye, une séance un peu particulière : pas de rapporteur, pas de vote mais une assemblée de zèbres et de maires, dont ceux de Paris et de Bordeaux.

Alexandre Jardin, écrivain et fondateur de la plateforme de mise en relation bleu, blanc, zèbre qui réunit une trentaine de porteurs de projets de l’association « lire et faire lire » [1], est à l’initiative de cette réunion avec le Président Delevoye.

Plus de 130 personnes participent au lancement de la charte « aux actes citoyens ». Plusieurs porteurs de projets membres de la plateforme Zèbre s’y trouvent et prendront la parole : Hugues Le Bret, Compte Nickel ; Aurélien Sallé, Entreprenez votre vie ; Philippe Hayat, 100 000 entrepreneurs, Jean-Paul Gautier, (Piloty’s, maison low cost et écologiques sur pilotis), Guillaume Villemot (Festival des conversations), la Mutuelle de proximité (Véronique Debue), I loge you (Isabelle Larochette), le réseau des épiceries solidaires ANDES (Guillaume Bapst) et Solidarités nouvelles face au chômage.

Le Président du CESE dit avoir été tout de suite enthousiasmé par cette idée de mobiliser les maires sur ces projets qui redonnent de l’espoir et sont la marque d’une France qui entreprend. Alors que le vote de dimanche 25 mai est un vote qui peut conduire à un blocage institutionnel et à une neutralisation de l’action et démontre une résistance au changement. Cette initiative des ZEBRES auprès des maires révèle la capacité d’action de la société civile. Sur les territoires, la France a un autre visage que celui donné au niveau national dimanche soir, le visage des solidarités de proximité, des citoyens coproducteurs, des maires accompagnateurs. Le maire, ce hussard de la République, est un élu de proximité en lequel le peuple a encore confiance. La France ne souffre pas d’un excès de politique mais bien d’un excès de politiciens. La confiance dans les élus et les élites ne sera retrouvée que par l’exemplarité.
Alexandre Jardin « face aux 25% de votants, je n’accepte pas de vivre une époque nulle ! » Le ton est donné. Sur le vote FN : « Il y a un quart des français qui n’ont pas trouvé d’autres solutions pour dire qu’ils ne jouent plus le jeu. » Face à ça, que fait-on ? On fait le « dos rond », on met la tête « sous la table », ou bien on réagit et on redresse la tête ? « Le cadre est cassé, il ne marche plus. Il faut sortir du cadre ! » Il faut « faire coopérer une société civile qui se prend en charge avec les seuls politiques qui ont encore du crédit : les maires ! » Eux aussi ce sont des « faiseurs ». Bien obligé car, contrairement aux autres politiques, ils sont encore « à portée de baffes ! » Alexandre raconte que tout est parti d’une rencontre avec un ami à lui qui est maire. Il s’est rendu compte que c’était un métier de « fou ». « Certains maires, pas tous, mais certains sont de vrais zèbres. » D’où l’idée de faire alliance avec eux. L’idée est de passer à la vitesse supérieure, de s’appuyer sur les maires pour aider les zèbres à grandir et s’implanter partout en France (40 nouveaux projets ont rejoint la plateforme depuis mars).

L’idée c’est aussi de lancer un message d’optimisme : « Puis que ça ne marche pas par en haut, il faut qu’on redémarre, mais par en bas ! Cette alliance, c’est la seule bonne nouvelle de la semaine. » La salle se marre et guette la réaction de Juppé, la veille, mardi, il a pris la tête de l’UMP (avec Fillon et Raffarin) suite à la démission de Copé provoquée par l’affaire Bygmalion. On peut considérer que c’est une bonne nouvelle, une partie de la salle semble en tout cas le penser. Bref. Alexandre continue. « Il y a urgence ! On va quand même pas tous aller se réfugier au Québec ! » La salle se marre. Encore une allusion à Juppé ? Il avait dû s’exiler au Québec après sa condamnation en Justice. Juppé roule des yeux, genre « j’ai bien fait de venir ! ». La salle redouble de rire. Bref, Alexandre fait le show !

Avant de passer la parole, il redevient sérieux : « Je fais confiance aux maires. Je ne leur demande pas de nous faire des promesses. Les français en ont marre des promesses. Je leur demande juste de choisir 2 ou 3 projets et d’agir avec nous. Que les maires permettent de passer à la surmultipliée ; la question n’est plus politique, on n’a qu’une seule vie »

Anne Hidalgo demeure optimiste pour ce pays même si l’extrême droite restera toujours un danger, quelques soient ses appellations ou ses visages. Le vote de dimanche est en effet une énorme « baffe » pour tous les élus mais les énergies existent sur les territoires pour reconstruire à partir de ruines. Dans l’espace local, on peut trouver les solutions, on y trouve des acteurs prêts à expérimenter, tester, innover, développer. Jean Jaurès parlait de la République comme « d’un grand espace de confiance ». Cette confiance n’existe plus. Avec cette initiative du CESE et des Zèbres, nous devons retrouver partie de cette confiance. Les politiques doivent être exemplaires. La société civile doit faire confiance à la démocratie représentative. Démocratie participative et démocratie représentative se complètent. Ainsi à Paris met on en place un budget participatif sur 5 % du budget investissement.

Alain Juppé estime que le vote de dimanche va produire des dégâts considérables pour la vie française, pour l’image de la France en Europe, et dans le monde. Il n’imagine pas de démocratie sans régime des partis politiques, les dictatures se caractérisant par l’absence de parti politique ou la présence d’un seul parti. Mais les partis doivent se reconstruire. Et il est vrai que parmi les élus, les maires sont plutôt des « faiseux « que des « diseux ». Alain Juppé se dit interessé par cette initiative des Zèbres, pour passer à l’acte et recréer une alchimie dans la confiance.

Il faut aussi noter la grande satisfaction exprimée par plusieurs élus ou représentants d’associations d’élus, présents à cette réunion. Ainsi le maire de Saint Flour (7500 habitants) dit que « cela lui fait du bien de voir ces démarches collectives » ; les maires ou leurs représentants des villes de Angers, le Havre, Bourges ou Lille affirment leur engagement ; les associations d’élus, l’AMF par son Président, Jacques Pélissard, également maire de Lons le saunier l’association des villes moyennes, l’association des grandes villes de France, l’association des maires ruraux apportent leur soutien à l’initiative. Jean Paul Delevoye conclut en citant de nombreuses villes qui signent l’appel comme Boulogne Billancourt, Nantes, Mulhouse, Metz, Cannes, Poitiers, Rennes, Clermont Ferrand, Le Mans, Dijon, Cherbourg, Saint Quentin… et en soulignant que les associations départementales de maires vont relayer les projets et l’appel.


Pour en savoir plus sur la démarche :
- Visionnez la vidéo de France Télévision
- Retrouvez les articles des site de la Mairie de Paris et de la Mairie d’Angers
- Retrouvez l’article consacré dans le courrier des maires

Pour contacter "les zèbres" : leszebres2014@gmail.com

Notes

[1] Programme intergénérationnel qui implique 14000 bénévoles retraités dans la transmission du plaisir de la lecture sans les écoles primaires et maternelles

Mots clés lié à cet article :

s'abonner à la lettre électronique






Et si vous souhaitez recevoir la lettre papier du RTES, merci de compléter ci-dessous votre adresse postale.



RTES
Adresse postale:
La Grappe - 75, rue Léon Gambetta 59000 LILLE
Adresse du siège social:
Hôtel de Ville - BP 667 - 59 033 Lille cedex
Tél : 03 20 97 17 97 - 06 61 17 94 90
Contact
www.rtes.fr - animation@rtes.fr
Crédits

Flux RSS NetVibes
2009 - conception : La Péniche - réalisation : insite