Élections présidentielles
Accueil > Territoires solidaires : l’actualité des adhérents > microDON, bien plus qu’une histoire d’argent

microDON, bien plus qu’une histoire d’argent

par Scop La Peniche pour le RTES - le 13 avril 2015
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article

Entreprise sociale créée en 2009, microDON importe en France une pratique largement répandue dans le monde, la générosité embarquée. Le principe est simple : un client accepte d’arrondir au montant supérieur une facture à payer et le supplément acquitté est intégralement reversé à des associations. Ce modèle, microDON a su l’adapter à la France et proposer des déclinaisons permettant la construction de partenariats aussi bien avec les collectivités locales qu’avec les entreprises. Rencontre avec Pierre Emmanuel Grange, fondateur de microDON.

Comment est née la SAS microDON ?
Au retour de mon expatriation au Mexique, je souhaitais implanter en France ces outils de générosité embarquée découverts là-bas. Pendant trois ans j’ai préparé mon projet : une phase d’étude, la création d’une association pour monter une opération test, une phase d’incubation chez PlanetFinance, puis en 2009, la création officielle de la SAS microDON. Ce choix statutaire était le plus adapté pour mobiliser les investisseurs extérieurs dont nous avions besoin pour financer notre démarrage et notamment les outils numériques et techniques indispensables à notre activité. Mais microDON est une entreprise de l’ESS ! Entreprise sociale, membre du Mouves, nous avons été une des premières structures parisiennes à obtenir l’agrément préfectoral « entreprise solidaire ». Nous privilégions également des investisseurs solidaires : lors de notre dernière levée de fonds nous avons ainsi pu mobiliser les concours de France Active, de Siparex, du Crédit Municipal de Paris et d’Equisol.


Pouvez-vous nous présenter rapidement les services de microDON ?
Nous proposons deux types de prestations : l’Arrondi plutôt à destination des entreprises, et la carte microDON qui concerne principalement les collectivités locales.
Avec l’Arrondi [1] nous proposons aux entreprises de monter des opérations de solidarité à destinations d’une ou plusieurs associations [2]. Accompagnement juridique et fiscal, communication, formation et mobilisation des équipes salariées et bénévoles… Nous assurons une coordination de l’opération du montage à la mise en œuvre opérationnelle. Nous vendons une prestation clef en main à l’entreprise et toutes les sommes collectées sont reversées aux associations partenaires.
Avec la carte microDON, nous construisons des partenariats avec des collectivités locales pour monter des opérations de générosité sur leur territoire. Le principe de collecte est un peu différent de l’Arrondi puisque nous distribuons alors dans des supermarchés des cartes, munies d’un code-barre, présentant l’association. Le client présente la carte à la caisse et effectue ainsi un don de 2€ en payant ses courses.


Concrètement comment travaillez-vous avec les collectivités locales ?
Nous partons de l’envie de nos interlocuteurs pour construire avec eux une opération qui corresponde à leurs attentes. Nous insistons sur le fait qu’une action microDON sur un territoire n’est pas qu’un outil de financement innovant pour les associations locales, c’est aussi une plus grande visibilité pour l’ensemble des partenaires impliqués et une autre manière de mobiliser et former les équipes salariées et bénévoles.
Les cartes microDON distribuées sont aux couleurs de la collectivité - du simple logo à l’intégration d’une charte graphique spécifique – et présentent les associations qu’elle a choisies de soutenir [3]. Le réseau des partenaires privés mobilisés sur l’opération est également choisi en partenariat, comme la fondation Macif et le Crédit Municipal de Paris lors de l’opération carte Paris 2014
En fonction des attentes de la collectivité, nous organisons tout ou partie de l’opération. Dans certains cas nous pouvons même mobiliser des sponsors extérieurs pour faciliter le montage financier de l’opération.
L’intervention que nous proposons se construit donc vraiment à la carte et peut prendre des formes variées : appel d’offres, prestation de gré à gré, appel à projets ESS et plus rarement subventions directes.
A moyen terme, nous aimerions également pouvoir proposer l’Arrondi sur salaire aux équipes des collectivités. Pour le moment, nous n’avons pas encore dépassé quelques freins juridiques liés notamment au statut de la fonction publique territoriale et à la neutralité des agents. Mais des solutions semblent émerger. Cela pourrait alors aussi être l’occasion d’impliquer les salariés des collectivités dans des actions bénévoles complémentaires à l’engagement de leur collectivité.


microDON est lauréat de l’appel à projets ESS du Conseil général des Hauts-de-Seine, quelles actions allez-vous lancer ?
Nous prévoyons une première opération « Carte microDON » en 2015. Les échanges avec le Conseil Général sont en cours pour déterminer quelles seront les associations bénéficiaires mais aussi les communes concernées et les partenaires mobilisés. Nous espérons que ce sera pour microDON l’occasion d’intervenir sur le territoire de la ville de Sceaux avec qui nous entretenons des relations depuis quelques mois [4] et qui est très intéressée par nos activités. Mais le territoire communal est trop restreint pour lancer une carte microDON, la taille critique est au moins celle d’une communauté urbaine. Le soutien du département à notre action devrait donc permettre la mutualisation territoriale nécessaire au lancement d’une action à Sceaux.


Opération microDON en GMSQue représente la générosité embarquée chez nos voisins européens ?
Les opérations « Arrondi sur » son bien plus développées chez nos voisins : 12 000 points de vente concernés en Allemagne, l’équivalent de 200 millions d’euros collectés tous les ans en Angeleterre. En revanche la construction de partenariat avec les collectivités locales et des partenaires privés est à ma connaissance une spécificité française que nous avons inventée pour nous adapter au rôle central des collectivités locales dans le soutien au monde associatif. Et aujourd’hui, face à la baisse des moyens financiers des institutions, ce type de partenariat peut permettre de continuer à agir. Sans parler des effets connexes déjà évoqués, 1 € investi par une collectivité dans une opération microDON permet à une association de collecter 4 € en moyenne.
Les actions de microDON s’inscrivent dans le vaste mouvement du « share » et du financement participatif : on ne donne plus seul dans son coin mais ensemble dans un mouvement coordonné.

En savoir plus : www.microdon.org

Notes

[1] Selon les situations l’arrondi peut se décliner sous 3 formules : l’Arrondi sur salaire, l’Arrondi en caisse, l’arrondi sur relevés bancaires et l’Arrondi en ligne. A découvrir sur www.larrondi.org

[2] Par exemple dans le cadre de la mise en œuvre de leurs démarches de RSE

[3] Par exemple, depuis 6 ans, le Conseil général des Yvelines – via son service coopération décentralisée – soutient des associations de solidarité internationale locales. La ville de Paris a choisi de soutenir les associations affiliées au réseau des Maison des associations. Le Conseil général du Val d’Oise a décliné une charte graphique spécifique pour les cartes microDON et s’en sert pour soutenir toutes sortes d’associations de solidarité)

[4] microDON a participé au forum ESS de la ville de Sceaux et à une table-ronde sur l’entrepreneuriat social. En savoir plus ici

Mots clés lié à cet article :

s'abonner à la lettre électronique






Et si vous souhaitez recevoir la lettre papier du RTES, merci de compléter ci-dessous votre adresse postale.



RTES
Adresse postale:
La Grappe - 75, rue Léon Gambetta 59000 LILLE
Adresse du siège social:
Hôtel de Ville - BP 667 - 59 033 Lille cedex
Tél : 03 20 97 17 97 - 06 61 17 94 90
Contact
www.rtes.fr - animation@rtes.fr
Crédits

Flux RSS NetVibes
2009 - conception : La Péniche - réalisation : insite